Rennes-Hédé


Donner


Insertion


Emmaüs


Historique de la communauté


L'histoire a commencé le 25 janvier 1973… Ce jour-là, ils étaient huit, réunis salle de la Table-Ronde à Rennes. Sept étaient Rennais, le huitième, responsable de la communauté Emmaüs de Quimperlé, représentait officiellement le mouvement de l'Abbé Pierre, au sein de l'Union Centrale.

Ils avaient en commun la volonté de créer, dans la capitale de la Bretagne, une structure associative pour accueillir les personnes en difficulté, à la recherche d'un lit, d'un repas ou d'un simple geste d'humanité.

Cette première réunion officielle avait été précédée de nombreuses rencontres entre les différents responsables des communautés Emmaüs implantées dans le Grand Ouest : Nantes, Brest, Quimperlé, et différentes personnalités rennaises.

Tous avaient à cœur de reconstruire, autour de Rennes, une communauté qui s'était créée dans les années 1954-55, lorsque l'Abbé Pierre avait lancé son célèbre appel à la solidarité nationale. Mais l'association d'alors avait périclité avant de disparaître.

Vingt ans après… Une nouvelle équipe était donc constituée avec un bureau mis sur pied autour d'Alexis Savary, qui acceptait la présidence de la " Communauté Emmaüs de Rennes-Hédé ", déclarée en préfecture le 9 février 1973.

La tâche était immense…

Tout était à faire et, en premier lieu, trouver un lieu d'accueil pour les futurs compagnons. Il faut dire qu'à l 'époque, dans la périphérie de Rennes, les opportunités étaient plutôt rares. Assez rapidement cependant, la propriété de Beauvoir, à Hédé, était repérée et, malgré l'éloignement de Rennes, elle fut à l'unanimité acceptée comme lieu d'implantation. L'acte d'achat était signé le 16 avril 1973, devant notaire.

Entrée de la salle des Ormeaux

Un quart du prix d'achat était à payer comptant. La communauté de Brest avança la somme nécessaire. Le solde devait être assuré par un prêt remboursable en quinze annuités. Il le fut au centime près.

La grande aventure pouvait commencer…

Le " château ", ancienne propriété d'une famille nombreuse, était en parfait état pour accueillir et loger une dizaine de personnes, dont la priorité devait être de transformer les dépendances en ateliers et de remettre l'ensemble de la propriété en état.

Début mai 1973, une dizaine de compagnons, venus de Brest et de Morlaix, dirigés par un ancien de cette ville, arrivaient à Hédé avec, comme première urgence, la construction d'un hangar de stockage. Mais, par manque de moyens, pendant un certain temps, il devait rester ouvert à tous les vents, seule une toiture assurait un minimum de protection. Cependant les ramassages pouvaient commencer.

Les premiers mois furent difficiles. Des dépannages ponctuels des communautés de Brest, Quimperlé, Le Mans, Neuilly-sur-Marne, Bougival, en marchandises et en trésorerie, aidèrent aux premiers pas de la communauté rennaise. Il faut aussi noter que le conseil régional, le conseil général et la ville de Rennes apportèrent, sous forme de subventions, une aide bien venue pour réaliser les plus gros investissements.

En septembre de la même année, Jean-Paul Salou, responsable adjoint de la communauté de Brest, arrive à Hédé apporter son expérience et ses compétences pour poursuivre les travaux d'aménagement de la propriété. Début 1974, il s'installe à Hédé et devient le premier responsable de la nouvelle communauté.

L'implantation d'une communauté Emmaüs dans une petite commune rurale devait susciter, au départ, la méfiance des habitants. Mais, très vite, les relations entre communautaires et Hédéens vont s'harmoniser. Les achats alimentaires et autres permettaient aux habitants de la commune d'apprécier l'amabilité, le sérieux, l'honnêteté des compagnons.

Le bâtiment d'origine

Janvier 1974… De nouveaux compagnons arrivent. Le collectage dans les communes environnantes s'organise, avec le premier camion offert par la communauté de Brest. C'était une ancienne bétaillère ! Puis les premières journées de ventes exceptionnelles se déroulent à Hédé.

Bien vite, il faut songer à agrandir les ateliers, les individualiser. Tout est bon pour améliorer le chantier. Après récupération, des poteaux téléphoniques servent à faire des charpentes qui, recouvertes de tôles, serviront d'abris pour stocker les produits du ramassage. Une ancienne baraque de téléphone, dénichée à Dinan, devient la première menuiserie. C'était l'époque héroïque, avec aussi l'arrivée des premiers " amis " venant aider la communauté… Chaque mois, les responsables de l'association se réunissent pour faire le point.

Très tôt, un climat de confiance et de cordialité s'installe entre compagnons et amis. Les dimanches après-midi, tous se retrouvent dans la grande salle commune pour d'interminables parties de cartes. Aux beaux jours, ce sont les boules et les palets qui sont de la partie, le tout dans une ambiance très familiale. La cuisine est faite naturellement par les compagnons, qui assurent au maximum leur subsistance, avec un potager et un élevage de poules et de canards.

De passage dans la région, c'est au mois d'avril 1974 que l'Abbé Pierre est accueilli à Hédé pour la première fois. Une journée inoubliable pour tous les participants.

Mais un gros problème restait en suspens : comment mieux vendre les produits collectés, pour acquérir l'indépendance économique ? Les membres du conseil d'administration se mirent à la recherche d'une salle à Rennes susceptible d'accueillir une clientèle rennaise dans de bonnes conditions.

Une opportunité se présenta au 49, rue des Ormeaux. Elle devait rallier tous les suffrages. C'était l'entrepôt d'une entreprise de bâtiment. Rien de luxueux, c'est le moins que l'on puisse dire. Des hangars vétustes, montés de bric et de broc, tenus par des pointes, du fil de fer et des bouts de ficelles. Mais il avait le grand mérite de permettre un démarrage rapide des ventes.

L'acte d'acquisition fut signé le 20 novembre 1974.

Une équipe de Quimperlé et de Brest, venue en renfort, permettait de débarrasser gravats, madriers, poteaux et autres planches et ferrailles pour assurer la première vente… fixée au 23 novembre. Trois jours seulement après la signature. Une gageure.

Et la salle fut " inaugurée " en même temps que la première vente. Ce fut un franc succès populaire et commercial. Avec cette salle, la Communauté de Rennes-Hédé s'auto-suffisait et assurait ses dépenses de fonctionnement et son indépendance. On peut dire que la période héroïque finissait, mais tout restait à consolider. Une vingtaine de compagnons étaient hébergés alors sur la propriété de Beauvoir qui devenait trop petite pour de bonnes conditions d'accueil. Il fallait investir.

Une salle des ventes

Successivement, une première petite menuiserie, puis un hangar de stockage voient le jour à Hédé, tandis que la salle des Ormeaux était progressivement aménagée pour en faire un lieu d'accueil plus agréable pour le public. En 1980, la communauté accueillait 50 compagnons, avec les premiers aménagements en chambres individuelles, puis ce sera la rénovation et l'agrandissement du bâtiment principal à Beauvoir.

Au début des années 90, les premières réflexions sont menées pour construire un bâtiment destiné à loger l'ensemble des compagnons. Cette résidence verra le jour, après de nombreuses réflexions et la mise en place laborieuse d'un plan de financement, et sera inaugurée officiellement en 1997. Cette construction avait le double avantage de donner de meilleures conditions d'accueil pour les résidents et de libérer des locaux qui seront affectés au personnel administratif : une secrétaire-comptable, embauchée en 1994, et une assistante sociale arrivée en 1995 à la communauté.

Don du Conseil régional, un bâtiment préfabriqué ayant servi pour 8 classes au lycée René-Descartes ( La Poterie-Rennes), après de longs travaux de terrassement et de consolidation du sous-sol, était implanté et pouvait accueillir l'atelier électro-ménager, la réserve de livres et un embryon de stockage et de réparation de matériel informatique. L'étage sera ensuite transformé en salle de vente, qui viendra compléter l'autre grand bâtiment, rénové dans les anciennes chambres, pour la vente des vêtements.

Ce fut aussi l'époque où la communauté s'ouvrit sur l'extérieur, avec la mise en place en parallèle avec la grande vente traditionnelle de juin à Hédé, d'un week-end de vente décentralisé à Saint-Malo, salle de Marville, puis à Rennes, dans les locaux du lycée privé de l'Assomption.

En 2006, les premiers coups de pelleteuse lancent un grand chantier à Hédé : la construction d'un bâtiment destiné à mettre hors d'eau l'ensemble des objets donnés qui restaient souvent, faute de place, exposés aux intempéries. L'inauguration eut lieu au printemps 2007.

En janvier 2009, création de " SOS Familles 35", avec la Fondation Abbé-Pierre et Emmaüs-France. Cette association a pour but de venir en aide à des personnes en difficultés financières (surendettement, victimes d'accident entraînant de gros frais…).

Depuis le mois de janvier 2012, une salle de vente a été ouverte à Saint-Malo, avec la participation de nouveaux amis malouins.

A Rennes, la " vieille " salle de la rue des Ormeaux a fermé ses portes, début mars 2012, après 38 années de bons et loyaux services. C'est dans un ancien dépôt-vente de pneus, situé rue de la Donelière, dans la zone de Saint-Grégoire, acquis par l'Association, que les Rennais peuvent maintenant venir déposer les objets dont ils veulent se débarrasser… et acheter tout ce que la Communauté met en vente. Des vêtements aux meubles, en passant par les bibelots, disques, livres, informatique, mercerie, tableaux…

Aujourd'hui, la communauté peut accueillir entre 50 et 55 compagnons, dont quelques retraités, qui, tous solidaires, ne vivent que grâce à leur travaux de récupération, de remise en état de ce qui peut encore servir pour être ensuite vendu à Hédé, à Rennes ou lors des grandes ventes et des ventes à thème qui se déroulent toute l'année.

Haut de page